Yamanakako entre Fuji-san et hôtô

Voilà l’heure de quitter Tokyo, direction Fuji-san. Pour la première fois, je vais pouvoir approcher ce monstre sacré de près. Je suis invitée par une amie japonaise chez elle à Yamanaka sur les rives du lac du même nom.

Après un lever matinal, je quitte mon auberge de jeunesse pour la gare de Shinjuku. Attention si vous prenez le train pour aller à Kawaguchiko, pensez à vérifier s’il faut réserver votre place. En effet, le JR Pass ne couvre pas tout le trajet et le week-end la destination est assez prisée, vous risqueriez de ne pas avoir de place! Après une petite confusion de ma part sur ce sujet, je prends le Yamanashi-Fuji pour Kawaguchiko (avec lui, pas besoin de correspondance à Otsuki).

La première partie du trajet est plutôt classique, le temps de sortir de la grande banlieue de Tokyo! Mais la deuxième partie depuis Otsuki offre quant à elle de beaux points de vue sur les paysages campagnards qui longent le train. Et soudain apparaît la star que tout le monde attend : Fuji-san! Pour moi qui l’espérait depuis longtemps, je suis au paradis. Pas un nuage à l’horizon, sa majesté est dégagée! Que d’excitation!!

Le Mont-Fuji a un tel effet waouh que dès qu’il apparaît, l’ensemble des passagers du train profitent des fenêtres du train pour l’observer et prendre des photos (au cas où il disparaîtrait).

fuji

Deux heures de trajet plus tard, je sors de la gare de Kawaguchiko avec des pépites dans les yeux. Au revoir la vie métropolitaine, bienvenue à la campagne!

J’ai une petite heure en solo avant que mon amie vienne me chercher. Du coup, je profite de la vue sur Fuji-san depuis la gare,  puis je vais à l’office de tourisme situé juste à côté pour avoir une carte de la région, connaître les spots à momijis et la progression de l’automne (kōyō zensen). Le personnel y est très sympathique et de bons conseils!

kawaguchiko1

Je fais également un tour dans une boutique située en face de la gare où j’ai pu saliver devant les nombreuses boîtes de gâteaux. Et la surprise, je tombe nez à nez avec les « Camembert Cheese cake ». Je suis sûre que je n’ai jamais rien mangé de tel, mais je n’ai malheureusement pas été assez aventureuse pour y goûter ! Et vous auriez-vous osé tester?

fuji_kawaguchiko2

Vient alors le moment où je rencontre ensuite mon amie (venue me chercher à la gare). Après de longues discussion Internet et par courrier, nous nous voyons pour la première fois de visu. C’est un grand moment tout en émotion!

Puis nous prenons la route et quittons Kawaguchiko pour le plus grand, le plus élevé et le plus à l’Est des lacs de la région : Yamanakako. Après un trajet d’une trentaine de minutes, nous nous arrêtons sur les rives du lac pour profiter de la splendide vue sur le Mont Fuji. Le temps est magnifique, le ciel est dégagé et le sommet sans nuages! C’est un rêve de réalisé que de le voir d’aussi près! Et bien sûr c’est un vrai ravissement pour les yeux!

La chance est avec nous car Fuji-san joue souvent à cache cache et beaucoup de visiteurs ne l’auront pas vu dégagé! D’ailleurs, cela se vérifiera le matin de mon départ où le Fuji-san sera complètement couvert par des nuages! Alors j’en profite pour faire des millions de photos. Malgré sa proximité, le volcan a une présence éthérée.

yamanakako_lac3yamanakako_lac2

Après avoir de longues minutes face au volcan, je tourne enfin mon attention vers le lac. Et lui aussi à son importance! Je suis dans la région des Cinq Lacs (Fujigoko ; « go » pour 5 et « ko » pour lac) qui outre Yamanakako où je me situe en ce moment, comprends également les lacs : Kawaguchi, Sai, Shoji et Motosu. C’est d’ailleurs ce dernier qui est représenté sur les billets de 1000 yens.

Les 5 lacs résultent des nombreuses éruptions du volcan Fuji. Les coulées de lave ont retenu les rivières formant ainsi les lacs. La région est donc façonnée par la nature, l’occasion d’y créer un beau parc : le parc national Fuji-Hakone Izu. Yamanakako qui en fait partie a l’honneur d’être dans le top 3 des lacs les plus élevés du Japon avec 982m d’altitude.

Ces lacs sont situés autour du Mont Fuji et permettent de l’observer de prêt. La région est magnifique toute l’année, mais c’est le printemps et l’automne qui attirent beaucoup de curieux du fait des célèbres sakuras et des momijis. Les japonais ont vraiment su faire de l’observation de la beauté éphémère de chaque saison (Mono no aware), un art, une poésie!

yamanakako_lac6

Yamanakako signifie le « lac au milieu des montagnes » et effectivement on a l’impression d’être dans une petite cuvette au milieu de la nature. C’est le deuxième lac le plus développé de la région, mais il est un peu moins habité que Kawaguchiko. Du coup, il fait peut-être un peu plus « naturel »! L’atmosphère est bien différente de celle de Tokyo! Ici on s’imprègne de la nature omniprésente. Du coup, le temps semble s’arrêter, que de sérénité! On en oublierait même la route à proximité.

Nous en profitons pour faire un peu le tour du lac et mieux se découvrir avec mon amie en discutant. Malgré un vent frais, ce fût une belle petite promenade revigorante. Des hérons pas farouches et des pêcheurs voguent sur les flots. J’avoue, nous n’avons pas fait tout le tour car avec 14 km de circonférence, il nous aurait fallu beaucoup plus de temps.

yamanakako_lac5

Le lac est connu pour accueillir de nombreux cygnes, réels ou plus matériels (à pédales ou en bateau-observatoire). Une autre occasion faire pour de belles photos car le pelage blanc des cygnes fait un bon rappel avec les neiges qui couvrent le sommet du Mont Fuji!

Yamanakako est aussi un lac populaire pour les sports d’extérieurs : sports nautiques (bateau, ski nautique), pêche. Mais ça c’est plus pour la période estivale! En novembre, les bateaux cygnes n’attirent plus les badauds et semblent bien désolés! Il manquait en effet quelques degrés de plus pour se jeter à l’eau.

Pour un joli panorama, on peut aussi se rendre au Yamanakako Panorama Dai. Ce point de vue surplombe le lac et offre une vue dégagée sur le Mont Fuji. Mais dommage, par manque de temps, nous n’avons pas pu y aller.

yamanakako6

Toucher et ressentir l’eau du Yamanakako apporte la bonne fortune!

Peut-être que ce dicton est vrai, car lors de mon séjour j’ai passé de belles journées avec vue dégagée sur Fuji-san et j’ai pu apprécier les momijis! En effet, la région est propice à la chasse aux feuillages d’automne : Kôyô! Le but : trouver les meilleurs endroits pour observer le rouge écarlate des érables japonais ou le doré des ginkos! Un bon spot pour voir les momijis sur la rive sud du lac est le parc Asahigaokakohan Ryokuchi Park. Il est petit mais il permet d’observer le changement des couleurs sur les érables japonais. Mais les couleurs étaient encore un peu timide en ce début novembre. Les arbres sont tout juste parés de leurs koyo, les feuilles rouges et dorées. On peut aussi en profiter de nuit car le parc est illuminé, cela met en valeur le feuillage!

yamanakako_lacyamanakako3

La balade terminée, nous nous rendons dans la maison de famille de mon amie. Il s’avère qu’elle habite dans une ancienne minshuku que tenait sa famille. J’ai découvert une grande maison avec moults recoins, des shōji (panneaux en papiers de riz). J’ai adoré y entendre le parquet craquer et les portes coulisser, sentir les courants d’air qui circulait tels des fantômes dans l’ancienne aile des invités. Mais c’est bien dans cette aile que se trouve aussi un lieu appréciable en automne : c’est là que se situe le ofuro! Et oui, c’est tellement agréable de pouvoir se délasser dans un bain japonais bien chaud! On en ressort tellement détendu.

Pour finir la journée, mon amie japonaise m’a fait découvrir un plat préparé par sa grand-mère, le Hôtô Nabe. C’est une des spécialités culinaires de la préfecture de Yamanashi. Il est composé de hôtô (nouilles plates ressemblant aux udon) cuites dans un bouillon à base de miso et des légumes de saisons (bardane, potiron kabocha, taro, patate douce, champignons shimeji, chou chinois, carottes…).

J’ai aimé ce mix entre soupe miso et udon, avec le côté sain des légumes de saison. Les nouilles ont eu le temps d’absorber les saveurs de la soupe et cela apporte un goût plus riche que de simples udon. C’est un plat très agréable car il fait assez frisquet autour du Mont-Fuji en Novembre. Alors le Nabe est un plat de saison complet et roboratif qui réchauffe les corps! Ou alors c’est le kotatsu sous lequel nous étions (une des plus belles inventions selon moi qui ai toujours froid)!

yamanako_repas

La légende (et oui il y a en a toujours une) veut que ce plat était mangé par Takeda Shingen (seigneur de guerre local) et par ses soldats avec de se lancer dans chaque bataille pour prendre des forces et ainsi surpasser leurs opposants. Le choix des nouilles s’expliquent par le fait qu’à cette époque la production de riz dans la région était moins importante que celle de blé.

Si vous n’avez pas la chance d’avoir une amie avec une adorable Obâ-chan pour préparer ce plat, sachez que les restaurants de la région de Kawaguchiko proposent ce plat. Il y a même une chaîne spécialisée dans les Hôtô Nabe : Hoto Fudo.

Les Petits Papiers pratiques :

* Transport en train: depuis la gare de Shinjuku divers trains (dont le JR Chuo Limited Express : 70 min-2500 yens) circulent vers Otsuki . Prendre ensuite la ligne privée Fujikyu (et ses trains originaux : 55min – 1140 yens).

Attention le JR pass n’est pas valide entre Otuski et Kawaguchiko. Il faut donc à Shinjuku passer au guichet pour obtenir un complément de trajet!

* Transport en bus : depuis Tokyo vous trouverez des bus reliant Shinjuku/gare de Tokyo à Kawaguchiko / Yamanakako en moins de 3 heures pour environ 2100yens.

Dans la région des lacs des bus relient également la gare de Kawaguchiko et Yamanakako en environ 30 minutes.

 

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s