Yamate, comme un air d’Europe!

Dès que je suis au Japon, je fais toujours un passage plus ou moins long dans le Kantō (région autour de Tokyo). Mais pourtant, je n’avais pas encore visité Yokohama. Lors de mon précédent voyage, je me suis donc lancée. Plusieurs raisons à ce choix : sa proximité avec Tokyo, sa facilité d’accès et surtout son aspect multi-culturel. En effet, lorsque la période d’isolation fut abrogée et lors de l’ouverture du Japon au commerce extérieur (1859), Yokohama devint une des villes japonaises où les étrangers furent autorisés à s’installer. Et ces derniers y apportèrent bien sûr leur culture!

Les chinois s’installèrent dans l’actuel quartier de Chinatown. Les autres implantations étrangères (européenne, américaine) furent initialement confinés dans la zone basse du port (Kannai). Mais l’activité commerciale y prenant de plus en plus de place, les constructions débutèrent sur les hauteurs. Dès 1862, les collines autour du port devinrent le lieu favori des occidentaux. Et si au départ on y trouvait principalement des garnisons militaires et les consulats des puissances commerciales étrangères, au fur et à mesure s’y est développé un quartier résidentiel avec églises, écoles et nombres de maisons… Certaines n’auront malheureusement pas survécu au grand tremblement de terre de 1923, donc la plupart des bâtisses actuelles ont été construites après ce terrible évènement ou ont y été déplacées.

Ce quartier historique, c’est Yamate (山手)! Un endroit très agréable pour s’y balader et découvrir les demeures anciennes ouvertes au public. Le charme est total car la plupart d’entre elles ont gardé leur style et leur ameublement d’origine! Partons à leur découverte! pola

Après un lever matinal pour mieux en profiter, je quitte Tokyo et profite de mon JR pass pour me rendre à la station Ishikawa-cho (JR Keihin Tohoku Line. Negishi Line). Pour débuter ma visite de Yokohama cette station est très pratique car elle est située aux portes de Yamate.

En effet en moins de 5 minutes à pied, j’accède au Jardin Italien de Yamate. Le lieu tient son nom du consulat italien qui y opérait entre 1880-1886. Aujourd’hui on y trouve surtout deux bâtiments historiques : le Bluff N°18 et la Maison d’un Diplomate. Au sommet des marches, c’est un beau panorama sur Kannai et Minato Mirai qui m’accueille. Bien sûr, cela reste une vue sur des buildings, mais c’est toujours agréable de prendre de la hauteur et de voir la ville autrement.

yokohama1

yokohama_maison (2)

En me retournant, changement de période avec ma toute première maison historique : Bluff No. 18. The Bluff, c’est le nom anglais de Yamate où l’on trouve quelques bâtiments portant ce nom. Le terme signifie promontoire/falaise, ce qui correspond bien au lieu qui domine le reste de la ville.

On croirait presque que Bluff No. 18 est présente depuis toujours. En vérité, cette bâtisse fut construite comme résidence pour étranger après le Grand Séisme du Kantō, avant de devenir propriété de l’église catholique jusqu’en 1991. Elle fut ensuite déplacée à son emplacement actuel et restaurée. Je trouve qu’elle s’intègre assez bien dans son environnement avec sa façade blanche et verte.

A l’intérieur, la maison a gardé son style d’origine : table à manger prête à accueillir de nouveaux convives, cheminée parée de vieilles photos… La petite véranda à l’étage est baignée de soleil et j’aurais bien voulue m’y installer. La visite est assez rapide, mais on se sent dans une autre ambiance! Et si le lieu est calme, le silence n’y est point pesant. Au contraire, il invite à la détente avec sa serre lumineuse.

yokohama_maison (1)

Le jardin attenant est coloré avec un air bien de chez nous, avec sa parfaite symétrie et ses parterres coupés au couteau. Il est toutefois bien agréable de s’installer sur les bancs pour profiter de la vue. L’endroit attire également les artistes, car de nombreux japonais sont présents ce matin là pour croquer les lieux sur leurs carnets à dessin.

Dans le même parc, je me rends ensuite devant la Gaikōkan no Ie (maison du diplomate), l’ancienne résidence d’un diplomate de l’Ere Meiji : Sadatsuchi Uchida. Mais mauvaise surprise, la maison est bâchée pour cause de travaux! Ma malchance habituelle me suivrait-elle?

Je poursuis donc mon chemin, quitte le parc et soudain me voilà dans le sud de l’Europe. Je découvre Berrick Hall, une maison de style espagnol/californien construite en 1930 et qui appartenait à un homme d’affaires britannique dont elle porte le nom : B.R. Berrick. La famille Berrick exportait des produits comme de la laque japonaise, du papier washi et de la soie, mais importait également au Japon des produits européens.

Je ne m’attendais pas au fait que jusqu’en 2000, le lieu n’était pas une maison ou un musée. La famille Berrick du en effet quitter Yokohama en 1938 du fait de la menace de la seconde guerre mondiale. La maison devint alors un dortoir utilisé par une école voisine (sympa comme endroit pour les étudiants)!

yokohama_maison (5)

Lorsqu’on voit Berrick hall, ce que l’on remarque d’abord c’est sa taille. C’est la plus grande résidence étrangère d’après-guerre à Yamate. J’ai aussi beaucoup aimé son pavement de briques formant des arches, ses fenêtres en fer forgé et les palmiers qui lui donnent son air californien.

Je décide de visiter l’intérieur et bonne surprise l’entrée est gratuite (pratique pour les petites bourses). La maison est un mélange de différentes cultures avec des motifs espagnoles, arabes, français… Au rez-de-chaussé, on trouve l’entrée avec son carrelage à damier noir et blanc, le hall de réception (presque une mini salle de balle), la salle à manger et la cuisine. Grâce à un escalier Art Déco, on accède à l’étage où on découvre les chambres privées de la famille Berrick et une salle de bain au superbe carrelage bleu. J’y retrouve l’atmosphère d’antan grâce à des petits détails comme une machine à écrire, de vieilles photos, les brosses/accessoires de madame, le patio avec le mobilier en osier…

J’ai adoré cette maison, elle a un charme très élégant. Mais je crois que c’est le style des fenêtres que j’ai le plus apprécié! Notamment celles en forme de trèfle à 4 feuilles. Mon coup de coeur! J’aime ce mélange de métal, de bois! Le style de la maison semble également plaire aux Japonais, j’ai trouvé un couple de jeunes/futurs mariés qui faisaient leurs photos de mariage dans la maison.

villayokohama11

Après cette belle découverte, je repars sur les chemins. Je découvre ainsi l’unique bâtiment en bois de style occidental de l’époque Meiji qui reste dans la ville. Les autres n’auront pas survécu au Grand Tremblement de Terre du Kantō.

La bâtisse fut construite en 1909 par les charpentiers de Yokohama à Honmoku. Elle fut déplacée à son emplacement actuel en 1977. Le Musée de Yamate est la plus ancienne construction de Yokohama (même si elle date seulement de 1909). Elle continue à partager cette histoire en exposant des archives sur Yokohama et Yamate.

yokohamamaison

Un peu plus loin, voici un autre bâtiment en bois où pend un drapeau bien français. Il s’agit d’un salon de thé et d’un restaurant… français : le Yamate Juban-kan (Yamate #10).

Sa tourelle se démarque et me fait oublier le Musée de Yamate que je trouve du coup un peu trop classique. J’aime l’harmonie du bâtiment avec son architecture en bois, son balcon.

yokomahouse

En suivant le chemin, je longe le Cimetière des étrangers. Certains des résidents étrangers (dignitaires, commerçants et autres anonymes) aimèrent tellement ce pays qu’ils choisirent d’y être enterré. Environ 4500 personnes de 40 nationalités différentes ont choisi de prendre leur repos final dans ce cimetière. Si on trouve en majorité des américains et des anglais, on trouve aussi des français.

Le cimetière fut créé en 1854 quand le Commodore Perry (l’officier américain qui força le Japon à ouvrir ses ports) demanda aux autorités locales la permission d’enterrer un de ses marins sur une colline dominant la mer. Il en profita également pour étendre cette permission aux futurs américains qui périrait en ces terres. Et en 1861, il fut désigné officiellement comme cimetière pour étrangers. Maintenant ce sont des japonais qui continue à entretenir les tombes.

Si vous voulez en savoir plus, il y a un petit musée au niveau de la porte principale qui donne des informations sur les occupants les plus fameux et une carte pour mieux se rendre sur leur lieu de repos. C’est un peu le cimetière du Père-Lachaise version Yamate. On y retrouve notamment J.H. Morgan l’architecte de Berry Hall. C’est d’ailleurs lui qui aura construit l’entrée du cimetière.

Je n’ai malheureusement pas pu entrer car le lieu n’est ouvert que le weekend (en après-midi) et lors des jours fériés. Mais on en a un bon aperçu depuis la route, avec un contraste entre les vieilles tombes et le panorama sur la ville moderne (Landmark Tower).

yokohama_cimetiere

yokohamaflower

La découverte de Yamate arrive à sa fin. Je rejoins le Harbor View Park où se situe les deux dernières bâtisses exceptionnelles. J’y découvre d’abord Bluff N°111  (« Yamate 111 Bankan »). A sa création en 1926, c’est la propriété de John Edward Laffin (un américain dont la mère était japonaise). Il construisait des bateaux, ce qui explique peut-être pourquoi il a choisi un lieu avec vue sur la baie de Tokyo. Depuis il y a un café “Rose Garden Enoki-tei”, où l’on peut prendre une pause douceur.

L’architecture me rappelle Berrick Hall avec son style espagnol. Bien vu! En fait, les deux bâtiments ont été construits par le même architecte : J.H. Morgan. Il aura vraiment laisser sa patte à Yamate.

yokohamamaison3

yokohamamaison2

Et pour finir la Maison Britannique. Construite en 1937, elle servit de résidence au Consulat Britannique. Aujourd’hui le lieu sert pour des réunions et des concerts, mais il est également ouvert gratuitement au public. La bâtisse fait partie du jardin aux roses du parc Minato-no-mieru-oka. Alors quand les roses sont en fleurs, on a une belle vue champêtre sur la maison.

DSC_0171

Yamate c’est presque terminé pour moi. Je poursuis par le Harbor View Park [Minato no mieru oka koen (港の見える丘公園)] dans le but de rejoindre un autre quartier important : Chinatown. Mais pour cela je prends mon temps, je profite du parc floral et des nombreux bancs pour faire une pause et profiter du calme du lieu.

Le lieu doit être encore plus magnifique au printemps. Mélange de jardin à la française et anglais, on y trouve des fontaines, des parterres fleuris et même une roseraie. Cela donne une ambiance bien romantique qui aura inspiré les artistes croisés dans le parc.

DSC_0179

DSC_0182

Le parc est également apprécié pour son large panorama sur le port. Vous l’aurez deviné, c’est de là que le parc tient son nom! C’est un vrai contraste entre le calme des jardins juste derrière et l’effervescence du quartier portuaire. Mais c’est surtout la silhouette du Pont de la baie de Yokohama qui s’y distingue par ses hauts haubans. Il doit être assez important car c’est lui qui figure sur certains plaques d’égout représentant la ville.

DSC_0192

yokohama_plaqueegout

En prenant mon temps, il m’aura fallu environ 2h30 pour traverser le quartier de Yamate. Avec ses grandes maisons occidentales, c’est une trace différente dans l’histoire du Japon. J’aurais bien voulu une machine à remonter le temps pour vivre cette période.

Bien sûr pour certains (surtout les européens), cela ne sera peut-être pas assez dépaysant car on se croirait presque dans une vieille Europe. Mais la balade est très sympathique, on se sent dans une atmosphère particulière et autre point appréciable, j’ai croisé peu de touristes. De plus, la plupart des bâtiments et leurs jardins sont ouverts gratuitement au public, alors autant en profiter!

Et rassurez-vous, si vous n’avez pas de cartes comme ce fut mon cas, vous en trouverez une en anglais (“Yamate Western-style Buildings Map”) pour mieux vous repérer. Chacun des bâtiments ouverts au public en proposent une.

Les Petits Papiers Pratiques:

Comment venir depuis Yokohama Station?

  • Bus : Akaikutsu Loop Bus (100 yen)
  • Ferroviaire :
    > 8 min jusqu’à Motomachi-Chukagai Station avec la Minato Mirai Line
    > 7 min jusqu’à Ishikawacho Station avec la JR Negishi Line
Publicités

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Arafinwë dit :

    Hello,
    C’est vrai que c’est très européen, c’est d’ailleurs assez marrant je trouve de tomber là dessus, je trouve qu’on dirait un peu les décors de Disney Sea^^
    Bises
    Ara

    J'aime

    1. Les Petits Papiers de Mélo dit :

      Oui mais en plus authentique et retro 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s