A la découverte de Fukuchiyama et son château

Quand des amis m’ont proposé d’aller à Fukuchiyama, j’ai un instant hésité. Et oui à quelques lettres près on aurait pu me dire « Fukushima » et là j’aurais pu mettre mon véto. Mais heureusement pour moi il s’agissait bien d’une ville différente située à 70km de Kyoto.

Le trajet depuis Kyoto est très sympathique car il passe par Arashiyama et ses splendides gorges puis par de beaux paysages de campagne. Il faut un peu plus d’1 heure en Limited Express pour rejoindre Fukuchiyama, donc le trajet passe relativement vite. Mais attention car le train est aussi emprunté par les voyageurs à destination de Kinosaki Onsen. Le weekend les places assises dans les wagons « non-réservés » sont donc vite prises d’assaut.

Nous avons choisi de flâner dans les rues pour voir quelques temples avant de se rendre au château. C’était une très bonne idée car nous avons croisé des familles qui se rendaient au temple Goryo pour fêter Shichi-go-san avec un peu d’avance. Ce temple est dédié à Inari et conserve l’esprit d’Akechi Mitsuhide (le fondateur du château). Mais ce sont surtout les belles couleurs automnales des arbres mariés aux couleurs rouges du temple et aux kimonos colorés des enfants qui rendaient l’endroit magique!

dsc_0151

dsc_0158

Un peu plus loin, dans un autre petit temple, on pouvait notamment faire une offrande aux Sept Divinités du Bonheur pour obtenir un peu de prospérité. L’occasion aussi de tenter de reconnaître Ebisu et son poisson; Daikokuten ou Benzaiten et son Biwa.

dsc_0165

dsc_0167

dsc_0168

En déambulant dans les rues, j’ai respecté ma petite tradition de prendre la plaque de la ville en photos (elle se rajoute donc à ma collection. J’aime bien ce dessin car il représente son château et la danse odori de la ville.

20161112_110857

On retrouve d’ailleurs des statues de danseurs de « Fukuchiyama Odori » dans la ville. En août s’y déroule le Dokkoise Matsuri, un festival dédié à cette danse traditionnelle. « Dokkoise » est une phrase chantée partout en ville pendant la danse. Elle aurait pour origine l’appel des ouvriers qui ont construit le château alors qu’ils portaient de lourdes pierres. Les habitants de la ville auraient alors commencé à chanter et danser pour accompagner ces appels.

dsc_01601

Fukuchiyama est la 2ème ville la plus ancienne de la préfecture de Kyoto, mais avec beaucoup moins d’habitants elle est donc beaucoup plus calme que sa voisine Kyoto. Nous avons pu flâner tranquillement dans les rues (Shimoyanagimachi, Jokomachi) pour découvrir quelques vieux bâtiments en bois avant de prendre la route du château.

dsc_0212

Si vous ne faîtes pas de détours comme moi, sachez que le château est situé à environ 15 min à pied de la gare. Vous ne pourrez pas le manquer car il surplombe la ville sur sa montagne et offre donc une belle vue sur la campagne alentour.

Comme toujours au Japon, on aime les superlatifs et le château de Fukuchiyama n’y manque pas. Il possède le puits le plus profond des châteaux japonais, le « toyoiwa-no-i ». Mais dommage, le jour de ma visite le puits était un peu envahi par des plantes et j’avais du mal à voir le fond.

dsc_0199

A l’entrée du donjon du château, Akechi et sa femme Hiroko nous accueillent. Le choix d’Akechi Mitsuhide peut paraître original quand on sait que ce général a mené le célèbre daimyo Oda Nobunaga à sa perte en le trahissant et en l’amenant à commettre un seppuku. Mais en fait, en plus d’être un homme cultivé, amateur de thé, il est surtout l’homme qui a construit le château de Fukuchiyama en 1576.

dsc_0197

Akechi a utilisé les fondations et matériaux de la précédente fortification pour construire son château. Mais ce dernier fut détruit en 1872 (pendant la restauration Meiji qui prônait la modernisation du Japon). Comme beaucoup d’autres lieux il fut déserté et vendu au secteur privé. Heureusement en 1986, les habitants de la ville ont mené une campagne pour restaurer le tenshu.

Le donjon actuel est donc presque aussi vieux que moi! Et il héberge des objets encore plus vieux car dans les différents étages sont présentées les collections d’histoire locale. On trouve ainsi de vieilles pièces, des sabres et des armures de samouraï. Il y a également un espace pour essayer des casques de samouraï et faire des photos souvenirs originales.

L’intérieur du château est semblable à ce que l’on peut trouver dans d’autres châteaux japonais. A part les quelques vitrines contenant les collections du musées, on peut voir l’ossature en bois du château.

Mais l’extérieur du château est tout aussi intéressant avec ses nombreux murs de pierres originaux toujours debout, ses niveaux en bois, ses ouvertures de défenses. Je me suis mise à la recherche de la pierre du château en forme de coeur. Mais même avec de l’aide, cette chasse au coeur restera sans succès. A la place nous avons pu observer les anciennes pierres sculptées provenant des anciennes fondations qui se mêlent aux autres blocs de pierres standards.

dsc_0193

dsc_0195

Si vous cherchez un endroit où manger, sachez qu’en face du château (au niveau du pont) se situe un espace vert où se trouve de petits restaurant où vous pourrez faire votre choix entre curry, yakiniku ou glaces au matcha (miam). La pelouse à côté un est bon endroit pour se reposer quelques instants et profiter des cosmos en fleur.

dsc_0216

Nous avons eu beaucoup de mal à trouver un restaurant ou un café ouvert ce samedi là. Il semble que la ville manque un peu d’atouts pour attirer les touristes étrangers. D’ailleurs pour l’anecdote, nous sommes passés par l’office de tourisme (à droite à la sortie de la gare) en arrivant à Fukuchiyama et ils ont été pris un peu au dépourvu quand on leur a demandé ce qu’on pouvait voir à part le château et le zoo qui sont les attractions principales.

Ce qui est agréable à Fukuchiyama, c’est qu’il y a peu de touristes. On passe donc une journée relaxante, peut-être même trop calme parfois car même les « shotengai » étaient désertés ce samedi là. Désert à par les familles qui sortaient des studios photos pour se rendre dans les temples et fêter Shichi-go-san.

C’est une destination qui à l’avantage d’être située sur le chemin de Kinosaki Onsen et Amanohashidate. Une bonne raison d’y aller pour visiter le château et faire l’incroyable expérience des métiers à tisser au Tamba Seikatsui-kan

Si la ville parait être un peu en dehors des sentiers battus, elle reste facile d’accès et gratuite pour les utilisateurs du JR pass. Si de prime abord les activités semblent limitées, je recommanderais Fukuchiyama aux visiteurs qui voudraient découvrir un autre aspect de la région de Kyoto en y faisant une brève escale avant de rejoindre Kinosaki Onsen ou Amanohashidate.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s