Objectif rentrée, s’initier au Butō!

Le week-end dernier à Paris, le Carreau du Temple ouvrait ses portes au Butô. Je n’avais jamais entendu parler de ce style de danse japonaise atypique, donc c’est avec une vraie curiosité que je m’y suis rendu compte.

En fait le 3e arrondissement organisait son forum des associations. Au programme on retrouvait des activités artistiques et sportives classiques (yoga, chant) et d’autres plus orientées Japon comme le judo, l’aïkido et donc le butô. La démonstration était organisée par la compagnie Nuba dirigée par la chorégraphe japonaise Juju Alishina, qui semble être une artiste reconnue.

buto1

Le butô est né dans les années 60, période triste d’après-guerre, pour permettre d’exprimer de nouveaux sujets, que ne pouvaient l’être par le nô ou le kabuki. Au niveau étymologique Butô (舞踏) provient de bu (danser) et de (taper au sol). Même si pour la partie « taper au sol », cela était assez discret.

De mon point de vue le butô est assez proche de la danse contemporaine. Toutefois, avec en plus l’idée d’un véritable travail et respect du corps, mais aussi de l’esprit car il y a une certaine philosophie/introspection. Cela explique peut-être pourquoi ce n’est pas une danse spectaculaire au sens propre du terme, les mouvements étant assez lents. Du coup chaque butô est différent en fonction des danseurs.

buto3

On dirait vraiment que le danseur est en méditation avec lui-même lors de la danse. Certains danseurs avaient l’air en transe afin d’exprimer leur façon de percevoir le monde. Un beau travail sur les mouvements notamment des bras et l’expression du visage.

buto4

Il semblerait que le butô soit plutôt dansé le corps presque nus et peint en blancs (pour jouer avec le grotesque) mais cette fois les danseurs étaient tous en noirs. Cela faisait un beau contraste avec les teintes claires et la lumière de la salle.

buto2

Etant un peu hyperactive et même si j’ai apprécié la représentation, je n’atteindrais surement pas l’état de méditation pour laisser mon corps se détendre assez pour le butô (une danse un peut-être top lente et contemplative pour moi).

Toutefois si cela vous intéresse, sachez que la Compagnie Nuba dispense ses cours au Carreau du Temple (3e) chaque vendredi et au Centre sportif des Lilas (19e) chaque samedi. Sinon plus classiquement, vous pourrez aussi choisir le Nihon Buyô (danse traditionnelle japonaise) le samedi.

Les petits papiers pratiques

Compagnie Nuba : http://www.dansenuba.fr/
Tarifs : 150€ pour 10 cours pour les adhérents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s