Un matsuri made in Paris

Dimanche dernier avait lieu à Paris un évènement en lien avec la communauté japonaise. Bien sûr, grande passionnée du Japon que je suis, impossible pour moi de louper cette journée unique où un « Grand Matsuri » avait lieu au Passage des Panoramas près des Grands Boulevards.

Quel est le lien entre le Japon et ce passage français me diriez vous? En fait le Passage des Panoramas est jumelé avec un passage de Nagoya le « Endô-ji-shô-ten-gai ». Et comme cette galerie japonaise est  aussi connue pour ses festivités de Tanabata (qui se déroulent en juillet), c’est l’occasion de célébrer le jumelage en fêtant Tanabata à Paris également.

DSC_0004

On ne pouvait louper l’entrée du passage avec ses koinoboris géants (banderoles de carpes) qui donnaient un air très festif. On y trouvait aussi de petits koinoboris, des masques, des petits lampions. De quoi refaire sa décoration!

DSC_00011

Il y avait même quelques jeux pour les enfants. C’est le Kingyo-sukui (pêche au poisson rouge à l’épuisette) qui aura eu le plus de succès. Je pense que les poi (épuissettes) étaient adaptées pour l’occasion car la pêche a été très fructueuse et chaque enfant est reparti avec son petit poisson (et pour sauver la nature ce fût bien sur un faux). C’était une très belle ambiance car les enfants arboraient leurs yukatas qui donnaient un vrai air de fête.

DSC_01661

Et si vous n’aviez pas emmené de quoi vous vêtir pour l’occasion, des petits stands avaient la solution : des yukatas de toutes les couleurs. Pour compléter la tenue, vous aviez également le choix de bijoux d’inspiration japonaise ou de ceintures inspirées des obis.

DSC_0006

Si à Paris c’est encore un peu tôt pour fêter Tanabata, on pouvait comme lors de cette fête populaire écrire ses souhaits sur des bouts de papiers (tanzakus) pour ensuite les accrocher à des branches de bambou. Tanabata c’est la fête des étoiles et est inspirée d’une très belle légende de deux amours qui doivent travers la Voie Lactée pour se retrouver.

Ces tanzakus censés porter chance en réalisant nos voeux, seront exposée lors du festival annuel Tanabata au passsage Endo-ji à Nagoya, le mois prochain. En espérant que nos vœux se réalisent, ils feront donc un petit bout de chemin.

DSC_00081

Un atelier d’origami permettait aux plus agiles de réaliser des grues, des pigeons (beaucoup plus local) ou des shurikens qui avaient un succès incomparable auprès des jeunes garçons. L’atelier était animé par la préfecture de Hyogo (Kobe, Himeji) qui en profitait pour montrer les nombreux attraits de la région. Ils m’auront bien fait rêver en me parlant des Kinosaki Onsen, peut-être une destination pour mon prochain voyage au Japon.

DSC_0012

Comme souvenirs, on pouvait aussi choisir un éventail calligraphié ou opter pour ces adorables bols. Je les ai trouvés trop mignons, mais mon stock de vaisselle étant déjà bien constitué j’ai passé mon chemin pour éviter une trop grande tentation!

DSC_00171

DSC_00151

 

Après s’être bien amusée était venu l’heure de manger. Et oui, qui dit festival, dit spécialités culinaires. Au menu udon en bouillon accompagné de porc, tori no karaage (poulet frit), kakigori au matcha (glace pilée) et taiyaki aux haricots rouges… La pure extase pour les papilles!!

DSC_00391

DSC_01511

Tout au long de l’après-midi était organisé des petites représentations. Alors après avoir bien déambulée devant les stands et après avoir calé mon estomac (trop de bonnes odeurs), je me suis installée devant la scène improvisée attirée par le son des taikos. Ces tambours résonnent dans la tête et vous entraînent dans un autre univers. Les deux jeunes femmes qui en jouaient étaient tout en souplesse, grâce et en gestes maîtrisés. Très impressionnant!

DSC_00351

DSC_00341.jpg

Ensuite c’est tout un groupe de joueurs de shamisen qui s’est installé. Entre les chants et le son de ces instruments à cordes, on se croirait presque revenu dans un autre temps. Le groupe avait une forte influence d’Okinawa qu’on pouvait remarquer au fait que leur shamisen était recouvert de peau de serpent (tradition typique d’Okinawa).

DSC_0059

Puis j’ai pu assister à la création d’une œuvre florale. Et oui l’ikebana est un véritable art! La performance était accompagnée de musique classique jouée live par une violoncelliste et une violoniste, du coup nous étions presque hypnotisé par la prestation qui se déroulait devant nos yeux. On suivait les gestes de la dame qui créait une véritable harmonie dans sa composition florale. Pas de paroles, mais des sourires et des mouvements gracieux et réfléchis. Splendide!

DSC_0108

Une très belle journée qui j’espère sera renouvelée l’année prochaine! Et vous y étiez vous?

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s