Des yakitori de poulet pour vos papilles

Les yakitori font partie des plats populaires de la cuisine japonaise et sont par conséquent très présents dans les restaurants japonais en France. Alors je me suis lancée ce week-end pour en faire des « Fait Maison » et effectivement c’est à tomber.

takoyaki-1000

Ces brochettes sont traditionnellement à base de poulet (d’où leur nom qui signifie « oiseau grillé ») car à l’époque seuls les volatiles pouvaient être embrochés. Normalement chaque morceau doit avoir la taille d’une bouchée, puis être cuit sur un gril pour être ensuite agrémenté de sel ou enduit de sauce « tare ».

Pour autant on trouve aussi des brochettes avec du bœuf, du porc ou du poisson!  Mais il serait plus juste d’utiliser le terme kushiyaki (brochette grillée) pour ces dernières. En effet le terme yakitori est plutôt réservé aux brochettes à base de volaille.

Et comme dans le poulet tout est bon, on peut utiliser plusieurs parties pour faire des yakitori. Ainsi on trouvera des negima (blanc de poulet et oignons), shiro (intestin), nankotsu (cartilage) ou reba (foie).

takoyaki3_1000

Aujourd’hui je vais vous présenter les tsukune (boulette de viande de poulet). Petite précision, mieux vaut éviter les blancs de poulets car cela rend les boulettes trop sèches! Alors préférez les hauts de cuisse, cela donnera plus de goûts à vos boulettes.

1- Tremper les brochettes en bambou dans le l’eau froide, cela évitera qu’elles ne brûlent à la cuisson.

2- Découpez 2 filets de poulets moyens sans la peau (environ 400g) et hachez les au mixeur.

3- Dans un saladier disposez 2 œufs battus, 1 cuillère à soupe de fécule de maïs, une pincée de sel, 55g de chapelure (de préférence panko, mais la traditionnelle marche aussi) et si vous le souhaitez de l’oignon, de l’ail ou du gingembre râpé (cela donnera du peps à la préparation). Ajoutez y le poulet mixé et mélangez. Quand vous obtenez un mélange homogène, formez des boulettes à la main (rappelez-vous, de préférence de la taille d’une bouchée). Pour mieux raffermir les boulettes et pour quelles tiennent ensuite sur les brochettes, placez les au frigo pendant 30 min environ.

4- Si vous aimez le poireau, couper des ronds de 1-2cm d’épaisseur.

5- Placez les boulettes sur les brochettes et alternez avec du poireau. Pour faire dorer les yakitori, badigeonnez d’huile puis faites griller pendant 20 min de préférence sur un gril ou un hibachi, mais sinon cela fonctionne aussi au four.

6- Vient ensuite le tour de la sauce  « tare ». Cette sauce sirupeuse est semblable à la sauce teriyaki et va servir de nappage aux brochettes. Comme beaucoup de plats, cette sauce est composée de sauce soja, de mirin, de saké et de sucre.

  • Dans une casserole mélangez à feu doux de la sauce soja (10cl), du saké (5-8cl), du mirin et du sucre (1 cuillère à soupe chacun). Portez à ébullition.
  • En même temps, à part délayer  1/2 cuillère à café de fécule de maïs dans de l’eau (environ 1 cuillère à café).
  • Versez la préparation de fécule/eau dans la casserole et mélangez pour laisser la sauce s’épaissir pendant 5 min tout en remuant.

7- Trempez les brochettes dans la sauce et servez chaud. Vous pouvez les accompagner de riz blanc et de soupe miso.

8- A vos marques, prêt? dégustez!

takoyaki2_1000

Normalement cette recette prend environ 1 heure le temps de préparer et de cuire les brochettes, mais comme vous avez pu vous en apercevoir c’est relativement facile.

Une recette possible avec du poulet est de couper un filet de poulet en dés, de placer les morceaux obtenus sur une brochette et si vous le souhaitez de les alterner avec du poireau, du poivron, ou même des oignons nouveaux. Faite ensuite mariner (entre 3h ou même tout une nuit) dans une sauce comprenant sauce soja, mirin, saké, sucre (possibilité d’ajouter piment, jus de citron, gingembre). Puis griller les brochettes pendant 20 minutes tout en les retournant pour dorer toutes les faces.

Si vous voulez faire d’autres brochettes pour accompagner celles au poulet, vous pouvez également tenter les « Asupara bekon » (asperge enrobée de lard), ou les « Piman » (poivron vert).

Conseils

  • si vous avez du sirop de maïs (aussi utilisé dans la cuisine coréenne) cela peut remplacer le sucre
  • vous n’avez pas de mirin? Pas bien grave! Vous pouvez prendre à la place du saké doux mélangé à un peu de sucre ou plus simplement du vin blanc (pas trop sec).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s